Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 janvier 2021

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Ventilation dans les écoles: Ouverture des portes et des fenêtres et fermeture de certaines classes

Ventilation

Un groupe d’expert recommande que certaines classes ne soient plus utilisées en raison du manque de ventilation et que des mesures soient prises dans les autres classes, comme l’ouverture des portes et des fenêtres.

Ce comité a évalué dans les dernières semaines la qualité de l’air et la transmission du virus de la Covid  dans l’air dans les milieux scolaires et dans les milieux hospitaliers.  Il a remis son rapport au gouvernement qui l’a rendu public vendredi.

Dans un premier temps, ce comité ne recommande pas l’utilisation des purificateurs d’air que plusieurs écoles ont acheté ou souhaitaient acheter pour mettre dans les classes sans ventilation. Selon le conseiller médical stratégique à la Direction générale de la Santé publique, Richard Massé, cet outil n’aiderait pas à diminuer la transmission. «On n’a pas fait la démonstration que c’était capable de limiter la transmission par aérosol», a-t-il indiqué.

Un purificateur d’air aide seulement une personne à proximité et pour que ça fonctionne vraiment, il devrait en avoir pour tout le monde ou savoir exactement qui a la Covid. L’appareil entraînerait aussi «un faux sentiment d’assurance», selon lui. Et une mauvaise installation «peut créer des mouvements d’air qui peuvent mettre des aérosols en suspension», ajoute-t-il.  

Les écoles qui ont déjà acheté un purificateur d’air pourront le conserver, mais le gouvernement va demander que l’installation soit vérifiée par un expert pour s’assurer que ça ne cause pas plus de problèmes de transmission du virus.

Ventiler les classes

Pour compenser le manque de ventilation dans certaines classes, le groupe d’expert recommande plutôt de changer l’air à plusieurs reprises dans la journée en ouvrant les fenêtres pour 10 à 15 minutes.

Le comité propose aussi que les classes gardent leur porte ouverte pendant les cours. Même si ça peut créer plus de bruits, ça aide à ventiler les classes, affirme M. Massé.

En ce qui concerne les classes où la qualité de l’air ne respecte pas les normes pour la présence de CO2, soit 1000 parties par million, le comité d’expert demande de ne plus les utiliser comme classe.

La même demande est faite pour les locaux qui servent à des réunions. Si c’est impossible en raison d’un manque de locaux, le comité recommande que le nombre d’élèves soit diminué de beaucoup, jusqu’à 50% du nombre habituel.

Qualité de l’air

Par ailleurs, en marge du rapport de ce comité d’expert, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge a indiqué que 330 classes ont été testées dans les dernières semaines pour connaître la qualité de l’air.

Le taux moyen dans les classes testées est de 804 parties par million pour le CO2, soit en bas des 1000 parties par million qui est la limite établie pour les classes. Il y a toutefois 3% des classes testées qui dépassent cette limite. «Des correctifs seront apportés», mentionne le ministre.

Ce dernier  a aussi annoncé que «toutes les écoles seront testées pour évaluer le taux de CO2». Des mesures additionnelles seront prises si les tests démontrent des problèmes, ajoute-t-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média