Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

19 novembre 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Pas de guignolée à Masson-Angers cette année

Chevaliers de colomb Notre-Dame-des-Neiges

©L'info de la Basse-Lièvre-Yannick Boursier

En raison de la pandémie, les Chevaliers de Colomb Notre-Dame-des-Neiges ne pourront pas faire le tour des rues de Masson-Angers pour faire la collecte des denrées non périssables au profit de la Mie de l’entraide.

L’organisme confirme que cette activité, comme toutes les autres que devaient faire les Chevaliers de Colomb depuis mars, a été annulée. «On s’est fait barrer la porte au mois de mars et on n’a jamais été capable de remonter la côte», explique le Grand Chevalier, Jean-Guy St-Jean.

La guignolée avait une certaine importance dans la communauté puisqu’elle permettait d’amasser entre 3000$ et 3500$ en denrées non périssables pour aider les dépannages alimentaires de la Mie de l’entraide dans une période où les besoins sont importants.

«La guignolée c’était bon pour les tables alimentaires, indique Gaston Rompré, secrétaire financier. Nous, ça ne nous rapportait pas grand-chose. Mais on est là pour aider le monde.»

«Ça les aidait pour un moment, ajoute Robert Portelance, trésorier. Cette année, ils n’auront rien.»

L’impact pourrait donc être grand pour les plus démunies, estiment les Chevaliers de Colomb Notre-Dame-des-Neiges . «On dit que c’est malheureux parce qu’à Noël on ne pourra pas réunir nos familles, mais il y en a d’autres que c’est pire que ça», souligne Gaston Rompré. «Nous, on va manger. Mais il y en a qui ne mangeront pas», ajoute Robert Portelance.

Pas de solution

Les Chevaliers de Colomb Notre-Dame-des-Neiges ont tenté de trouver d’autres solutions pour aider au moins un peu les démunis et tenir l’activité en partie quand même. Mais les idées n’ont pas pu se matérialiser.

 «On a pensé dire aux gens de mettre leurs denrées sur le bord de la galerie et on va passer pour les ramasser, indique Jean-Guy St-Jean. Mais là aussi, il faut faire attention.»

La solution qui aurait pu marcher aurait pu venir de l’ouverture du centre communautaire Angers pour une ou deux journées pour que les gens viennent porter les denrées. Par la suite, après quelques jours en isolement, ces denrées auraient pu être acheminées à la Mie de l’entraide.

Toutefois, l’accès à la bâtisse où se trouvent les locaux des Chevaliers de Colomb leur est interdit depuis quelques semaines, expliquent-ils, ce qui ne leur permet pas de faire ce projet.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média