Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 novembre 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

L’Ange-Gardien prépare l’arrivée d’une microbrasserie à Chamboisé

Chamboisé

©L'info de la Basse-Lièvre-Archives

La municipalité souhaite un projet de microbrasserie, distillerie ou table champêtre dans le bâtiment principal du site connu sous le nom de Chamboisé et amorce les démarches pour réaliser ce souhait.

Lundi, le conseil municipal a mandaté une firme pour préparer les documents pour déposer une demande à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) dans le but de permettre l’usage «microbrasserie, distillerie et table champêtre» sur ce site qui est zoné agricole.

L’objectif de la municipalité est de pouvoir développer la grange qu’on retrouve sur ce site pour y accueillir un ou des commerces associés à ces usages et ainsi offrir de la restauration associée à la bière.

Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, est d’avis que le secteur est parfait pour accueillir ce type de projet. En plus de la grange qui peut être transformée pour offrir un cadre champêtre, il y a plusieurs champs qui pourront être utilisés par les propriétaires de cette future microbrasserie pour cultiver ce dont ils ont besoin pour faire leurs bières.

Rien de concret

Pour le moment, aucun projet concret n’a été déposé à la municipalité pour mener ce projet. C’est plutôt une idée qui vient du conseil municipal et de discussions avec des professionnels qui ont mentionné que ce site serait idéal pour ce type de commerces.

Les démarches de la municipalité visent à se préparer aux prochaines étapes. Présentement, le zonage ne permettrait pas ce projet. Donc, en demandant à la CPTAQ d’accorder cet usage , la municipalité amorce le travail.

Une fois que cette autorisation aura été obtenue et que la municipalité sera prête à aller de l’avant, un appel de proposition sera lancé pour inviter les groupes intéressés à déposer leur idée. «Tout ça va suivre dans le temps», explique M. Louis-Seize.

En ce qui concerne la demande d’autorisation auprès de la CPTAQ, le maire se dit confiant d’obtenir une réponse positive. «On est confiant. Il y a du potentiel et on va mettre en valeur beaucoup de choses agricoles sur le site.»

«On n’entrevoit pas de problème, ajoute-t-il. Ce n’est pas une question de dézonage de terres agricoles. C’est juste une demande pour autoriser un usage additionnel.»

Commentaires

5 novembre 2020

Sébastien

C'est pas un peu de la compétition déloyale ça? Déjà que c'est difficile de se lancer en affaires, si les villes mettent sur pieds des projets de cet envergure, ça mets encore plus la corde à la george des propriétaires qui ont probablement travailler très dur pour en arriver là... Les villes devraient se mêler des projets culturels et laisser les projets commerciaux à la population... Je suis le seul à trouver ça fou cette idée de projet?

7 novembre 2020

Stephane

Avec les champs disponibles pour la culture ! Wow tout un projet, ce ne sera pas une simple micro-brasserie, mais un complexe brassicole. Cultiver le grains c’est une chose, ils auront besoin d’ouvrir également une malterie, bien oui, le grain doit être malté pour brasser de la bière. On ajoute une houblonnière wow.. un projet beaucoup plus onéreux qu’une simple micro-brasserie.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média