Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

19 octobre 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

AirBnB: L’Ange-Gardien demande de garder le contrôle

Marc Louis-Seize

©L'info de la Basse-Lièvre - Yannick Boursier

Alors que le gouvernement du Québec souhaite permettre les locations de type AirBnB sans que les municipalités puissent les interdire, ces dernières demandent le retrait des mesures en lien avec ce type d’hébergement dans les projets de loi en attente d’adoption.

Comme plusieurs autres municipalités du Québec, L’Ange-Gardien a adopté une résolution en ce sens lors du conseil municipal au début du mois d’octobre.

«Considérant que cette modification législative aura pour effet de retirer aux municipalités le pouvoir d’interdire les locations de type Air BNB pour les résidences principales sur leur territoire. C’est un pouvoir essentiel notamment pour gérer les problèmes de nuisance courant pour ce type de location dans nos communautés», indique la résolution.

«Cette intention retire également aux citoyens la possibilité de se prononcer sur la réglementation de leur milieu de vie comme le prévoient les procédures lors d’un processus lors d’une modification de zonage.»

Des enjeux

Pour le maire, Marc Louis-Seize, il y a des enjeux importants associés à ce type de location et les municipalités veulent pouvoir s’en occuper.

L’Ange-Gardien a d’ailleurs eu quelques problèmes en lien avec ces réservations, indique-t-il. «On a eu des problématiques autour des lacs avec des gens qui louent leur maison. Ça devient incompatible avec le milieu de vie.»

Ce type de location est interdite à L’Ange-Gardien, mentionne le maire. Dans les faits, la location d’une partie de la résidence est permise, mais lorsque le propriétaire reste sur les lieux. Pour louer un sous-sol ou une chambre par exemple.

Mais la location à court terme d’une maison devient commerciale et c’est ce qui est interdit. «Quand tu ne demeures pas dedans et tu loues ta maison, ça devient un commerce. Et nous, on ne le permet pas dans les zones résidentielles», explique le directeur général, Alain Descarreaux.

Marc Louis-Seize ne croit pas que ce serait bénéfique pour la municipalité que ce genre de location soit permis partout. «On ne veut pas que ce soit permis partout. Il y a une incompatibilité d’usage incroyable.»

«Au niveau des installations septiques, c’est plus la même chose, souligne-t-il. C’est plus une maison avec deux familles qui arrivent. Tu as beau avoir trois chambres, tu peux arriver à plusieurs et tout le monde campe.»

Les citoyens en bordure de ces résidences en location pourraient aussi se retrouver avec des nuisances notamment en lien avec des partys qui accompagnent souvent ce type de location, indique le maire.

C’est pourquoi il est important que ces résidents puissent se prononcer. «Ce type de réglementation là, c’est à travers les usages, le zonage que ça se gère. Si tu veux modifier une zone, il faut que les gens se prononcent.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média