Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 octobre 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Des nichons en tricot ou en crochet pour les femmes

Ruban Rose

©Pixabay

Les membres de l’organisme l’Art du fil à L’Ange-Gardien réalisent depuis deux ans des nichons en tricot ou au crochet qui sont offerts aux femmes ayant passé à travers une ablation d’un sein à cause d’un cancer.

Les nichons sont réalisés dans une fibre naturelle comme le bambou ou le coton et sont ensuite rembourrés pour correspondre aux différentes grandeurs des seins.

Les femmes peuvent donc les utiliser pour mettre dans leur brassière à la place du sein qui a été enlevé en raison de la maladie. C’est une option différente offerte à ces femmes par rapport aux prothèses disponibles auprès des organismes.

 «Les prothèses que les dames peuvent acheter ou qui sont fournies par la Fondation canadienne du cancer, ce sont des prothèses en silicone et c’est très chaud parce que ça ne respire pas», indique Louise Gagnon de L’Art du fil.

 «Alors que nous, on choisit des fibres naturelles comme le bambou, le coton. Ce sont des matières qui sont douces aussi parce qu’après qu’une dame a eu une mastectomie, la peau est sensible. Il faut penser à ça.»

Il est possible pour les femmes d’utiliser ces nichons avec leur brassière habituelle, ce qui n’est pas le cas avec les prothèses en silicone, indique Mme Gagnon. Cet aspect peut aussi aider les femmes ;à mieux passer à travers cette période, croit-elle. «Les gens peuvent quand même porter les mêmes brassières choisies selon nos gouts. Et, ç'a l’air naturel.» 

Difficile en ce moment

Du côté de l’organisme de L’Ange-Gardien, la création de ces nichons a commencé alors qu’une femme s’est jointe au groupe alors qu’elle était en chimiothérapie pour un cancer du sein.

Elle avait découvert en Europe la confection de ces nichons et elle a proposé aux autres membres d’en faire. «Elle a trouvé l’information. Elle a même appris qu’il y en avait à Montréal. C’est comme ça que c’est parti.»

Et pour l’organisme, ça répondait à la mission. «C’est le but de l’Art du fil.  De recycler et de redonner à la communauté. Alors c’est une bonne façon de le faire.»

Malgré la situation actuelle, il reste encore quelques femmes qui préparent des nichons pour les offrir à l’hôpital de Gatineau qui les propose ensuite aux femmes.

Mais c’est certain que le nombre de nichons préparé en ce moment est moins grand que d’habitude. Mais il est important pour l’organisme de poursuivre, dans la mesure du possible, son aide envers ces femmes.

Par ailleurs, en plus de préparer des nichons, les membres de l’Art du fil préparent aussi des chapeaux qui sont offerts aux femmes qui vivent un cancer, quelle que soit la nature de cette maladie. «L’été, les femmes portent plus des foulards, mais à cette période, ils ont souvent besoin de chapeau», souligne Mme Gagnon.

Commentaires

19 octobre 2020

Liliane schryer

Je voudrais en avoir un svp. Un nichon

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média