Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 octobre 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Beaucoup d’habits de neige et des besoins financiers pour en avoir plus

Garder les enfants au chaud

©L'info de la Basse-Lièvre-Yannick Boursier

Grâce à l’activité Garder les enfants au chaud, près de 300 jeunes pourront obtenir gratuitement un habit de neige neuf pour passer l’hiver, mais les besoins sont de plus en plus grandissants, ce qui nécessite des besoins financiers plus importants.

L’instigateur de ce projet, Sébastien Joncas, a été cherché la semaine dernière, les 289 habits neufs achetés pour aider les enfants cette année. La semaine dernière, 179 jeunes s’étaient inscrits auprès de la Maison de la famille de la Vallée-de-la-Lièvre pour recevoir ces vêtements.

L’année dernière, c’est près de 325 jeunes qui ont pu profiter de ces habits neufs et la Maison de la famille s’attend que le nombre soit plus important cette année.

La situation actuelle avec la Covid-19 a touché plusieurs familles dans le secteur. C’est pourquoi l’organisme a reçu des demandes de plusieurs nouvelles familles dans les dernières semaines.

Et les demandes vont continuer d’affluer, explique Sébastien Joncas. «Avant on était ciblé en novembre et en décembre. Là on est 12 mois par année. En décembre, on va avoir des demandes.»

Prochaine année

Alors que l’achat des habits neufs est finalisé pour cette année, Sébastien Joncas doit déjà penser aux prochains mois. D’abord, parce que chaque année, il doit piger dans l’argent de l’année suivante en cours d’hiver pour acheter de nouveaux habits pour des jeunes qui en ont besoin en février, par exemple. Mais là, il n’y a pas grand argent dans les caisses.

Parce qu’il ne pourra pas y avoir d’activités de financement cette année pour aider à financer l’achat des prochains habits. Et pourtant les besoins risquent d’être encore plus grands.

«Avec la demande, il va falloir aller chercher pas loin du 15 000$ pour acheter d’autres vêtements», souligne Sébastien Joncas

Pour y arriver, il compte sur la participation du public, des commerces et des entrepreneurs. «On ne demande pas de dons de vêtements usagés, indique M. Joncas. Mais si vous pouvez faire des dons en argent, ce serait apprécié.»

Normalement, c’est entre 2500$ et 3000$ qui est amassé lors du souper-bénéfice organisé annuellement. Une somme qui ne sera pas là cette année. «C’est pour ça qu’on a besoin de collaborateur, des magasins, des gens d’affaires qui veulent donner pour cette cause-là.»

Commentaires

8 octobre 2020

Lorraine Prud’Homme

Acceptez-vous aussi les usagées tres propre pour bébé?

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média