Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 septembre 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Salette: Une page Facebook pour tenter de mobiliser les citoyens

Notre-Dame-de-la-Salette

©Photo Le Bulletin - Archives

La page Facebook «Le phénix Salettois» a été lancé dans les derniers jours dans le but de mobiliser les gens envers le développement de la municipalité située le long de la 309.  

Lancée par un résident, Peter J. M. Alexander, cette page invite les gens à discuter de projets qui pourraient permettre d’aider au redéveloppement de Notre-Dame-de-la-Salette.

«Le but, c’est de mobiliser les gens, indique M. Alexander. Les rassemblés autour de projets qui vont créer une dynamique pour ressusciter le village qui en a bien besoin.»

Ce dernier indique avoir pris cette décision à la suite de la fermeture de l’épicerie. «Des gens sont partis, des commerces meurent. Plus les commerces ferment, plus ceux qui restent ont de la difficulté à se maintenir. Il faut briser le cercle vicieux pour inverser le sens de la roue.»

C’est pourquoi il a lancé cette page sur laquelle il invite les gens à faire part de leurs idées. Déjà, plusieurs citoyens ont proposé des éléments ou échangé sur les propositions des autres. «Nous avons vu qu’il y a bien des gens prêts à se mobiliser, affirme M. Alexander. Et j’ai été étonné de la réponse, surtout de la population jeune.»

«Il faut des événements pour ramener la vie au centre du village, ajoute-t-il. Ramener de la vie, c’est ramener de l’intérêt. Ramener de l’intérêt, c’est ramener des commerces et des familles. Tout se tient. C’est ce fameux cercle vicieux qu’il faut briser pour le changer en cercle vertueux.»

Faire autrement

Ce dernier mentionne que la municipalité de Notre-Dame-de-la-Salette dispose d’outils qui pourraient lui permettre de se démarquer, notamment avec des éléments de plein air qui peuvent être développés, par exemple une paroi d’escalade.

Du côté résidentiel aussi la municipalité a des atouts comme la présence de l’école, entre autres. Pour ce qui est de l’aspect commercial, Notre-Dame-de-la-Salette doit trouver des façons de faire les choses autrement.

«C’est sur qu’ici on ne peut pas offrir des produits au même prix que le magasin de Buckingham.  C’est pour ça qu'il faut viser autrement. Il faut une offre de base. Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas se démarquer des autres en ayant un meilleur pain, un meilleur lait ? Dans le dépanneur, il y avait une boucherie avant. Pourquoi ne pas ajouter une boucherie?»

Il faut aussi mettre de l’avant ce qui est fait par les artisans de la municipalité, indique M. Alexander. «La municipalité a un projet pour diminuer la vitesse sur la 309 de 70 km/h à 50 km/h. C’est une magnifique initiative. Ça oblige les gens à ralentir. Ça leur permet de mieux voir ce qu’il y a comme commerces. Donc, de s’arrêter plus facilement. Ça permettrait de mettre des panneaux qui annoncent les commerces et les artisans.»

Ce genre d’idées ont déjà été avancées dans une étude réalisée en 2017 par une étudiante de l’Université du Québec à Chicoutimi traitant du développement de Notre-Dame-de-la-Salette, mentionne Peter J. M. Alexander. Il estime que ce document peut servir de base à cette réflexion et à la mise en place d’actions.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média