Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

27 août 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Éric Pagé retrouve la compétition en fin de semaine

Eric Pagé

©Photo gracieuseté

C’est dans la ville de Contrecoeur que se déplacera le paracycliste, Éric Pagé, en fin de semaine, mais c’est avec plaisir qu’il y sera pour participer à sa première course de l’année. 

L’athlète de Buckingham participera samedi au contre-la-montre du Championnat québécois. «C’est une surprise, mais c’est une belle surprise, a-t-il commenté. Je suis content de pouvoir aller faire une course. Ça va faire du bien de pouvoir vivre un peu de sensation forte et revivre la course.»

 

La fédération cycliste souhaitait pouvoir reprendre ses activités et c’est pour cette raison qu’elle a annoncé la tenue de ce Championnat québécois. «On ne peut pas compétitionner contre nos rivaux du Canada ou de l’international, mais au moins on va pouvoir participer à une compétition québécoise.»

Une course qui devrait être assez relevée pour le paracycliste. «Ma compétition va être très forte parce qu’il y a quand même le double médaillé à Rio (Charles Moreau). Ça fait une marche haute à lever.»

Éric Pagé est le champion québécois en titre, mais l’an dernier, son adversaire principal était absent en raison d’une course à l’international. «J’ai hâte de voir ce que je vais être capable d’accomplir cette année sur le parcours malgré tout ce confinement-là.»

«On n’est peut-être pas au sommet de notre forme, mais en même temps, ça va faire du bien d’aller se retester et aller voir où on en est rendu avec tout ça.» -Éric Pagé

Contre soi

Cette course, Éric Pagé la voit comme une occasion de pousser encore plus ses limites. Surtout qu’il s’agira d’un contre-la-montre, une course où les athlètes partent seuls, à une minute d’intervalle. Et qui roule donc normalement seul jusqu’à la fin, à moins de rattraper la personne devant ou d’être rattrapé.

C’est donc une occasion parfaite pour courir contre soi-même. Et c’est de cette façon que le paracycliste envisage sa participation. «Ce que je vise beaucoup à cette compétition-là est d’être capable d’aller souffrir un peu plus encore.»

«Je veux que mes battements de cœur restent à leur maximum plus longtemps, explique-t-il. Je veux être capable d’endurer la douleur plus longtemps. Si je casse, ce n’est pas grave. L’objectif, c’est de tester les limites. J’aimerais ça les maintenir plus longtemps que l’an passé. C’est ça qui va être ma victoire cette année.»   

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média