Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 juin 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

L'Ange-Gardien: Des enjeux à régler pour le projet de tour cellulaire

Marc Louis-Seize

©L'info de la Basse-Lièvre - Yannick Boursier

Une décision de la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pourrait empêcher la réalisation de la tour cellulaire qui devait s’implanter à L’Ange-Gardien pour couvrir le secteur où le cellulaire ne fonctionne pas actuellement.

En mai 2019, le conseil municipal avait accepté une entente avec Bell pour l’implantation de cette tour qui devait régler le problème de cellulaire à partir de la côte à quatre miles et Notre-Dame-de-la-Salette.

Cette tour doit s’installer sur une parcelle d’un terrain agricole et c’est pourquoi la CPTAQ devait donner son accord. Comme l’endroit est escarpé et compte un sol principalement fait de roches et de graviers, l’organisme donne son accord.

Mais, elle a imposé une condition. Aucun érable ne doit être coupé dans le cadre de la réalisation de ce projet. Or, c’est cette condition qui pourrait tout faire tomber, estime le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize.

Lors du dernier conseil, les élus ont d’ailleurs demandé à la CPTAQ de revoir cette décision. «Si ça reste comme ça, c’est irréalisable, mentionne le maire. Nous, on juge que c’est excessif.»

Les bienfaits

Pour ce dernier, la CPTAQ doit regarder les bienfaits de l’arrivée de cette tour cellulaire. «C’est pour desservir une partie de L’Ange-Gardien qui n’a pas accès au réseau cellulaire.»

 «Je m’attends à ce qu’ils puissent réviser la décision et qu’on analyse l’autre côté qui est le bienfait de servir la population surtout dans un coin qui n’a aucun service. C’est une question de sécurité.»

Il ne croit pas que les érables présents dans ce secteur pourront servir à réaliser un projet agricole. Du moins, pas assez pour empêcher quelques coupes qui serviront principalement pour avoir accès à cette tour.

Et la municipalité se dit prête à faire ce qu’il faut pour compenser. «Depuis 1999, la municipalité donne des arbres chaque année. S’il faut qu’on en redonne de ce type-là pour en replanter, je n’ai pas de problème.»

«C’est important que les gens aient un moyen de communiquer dans ce coin-là, ajoute-t-il. Et ce n’est pas évident de trouver un endroit pour desservir ce secteur.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média