Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

31 janvier 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Un bon potentiel de développement pour Buckingham et Masson-Angers

Construction

©Le Bulletin-Archives

Alors que le moratoire sur le développement est terminé depuis deux ans, de plus en plus de projets de développement voient le jour du côté de Buckingham et de Masson-Angers et ça pourrait être encore plus important dans les prochaines années.

Selon les statistiques de la ville de Gatineau, 290 permis ont été accordés dans les deux secteurs de l’Est de Gatineau en 2019. Il s’agit de tous les types de permis liés à la construction dans le domaine commercial, résidentiel ou industriel, y compris pour de la rénovation.

Même si les chiffres sont encore loin des permis émis dans les secteurs de Gatineau et d’Aylmer, ils représentent des statistiques intéressantes pour ces deux secteurs selon le conseiller de Masson-Angers, Marc Carrière.

«Si on prend Masson-Angers et Buckingham, on est autour de 300 permis pendant qu’il y en a 800 sur le territoire de Hull. On n’est quand même pas pire.»

«On parle d’agrandir l’école du Sacré-Cœur, ajoute  le conseiller. Ça démontre qu’il y a un marché qui s’installe au niveau résidentiel et ce sera bon aussi pour les commerçants.»

De nombreux chantiers sont présentement amorcés ou annoncés dans Masson-Angers, note-t-il. «Il y a de nouvelles rues ouvertes à Angers. Il y a le projet des Haut-Bois qui se fait. Il y a aussi le projet près de l’encan. Et il y en a un nouveau projet sur le chemin de Montréal. Il y a donc plusieurs projets en marche actuellement. Il y a un potentiel et il est grand.»

Le conseiller rappelle aussi que le secteur part de loin et a donc du rattrapage à faire. «Il ne faut pas oublier qu’on a été en moratoire pendant huit ans avant d’arriver à l’augmentation de la capacité du réseau d’égout.»

Pour le secteur de Masson-Angers, la question des inondations printanières a aussi joué et continuera de le faire. Outre les enjeux liés aux gens qui ont été victimes de ces inondations, il y a toute la question des nouvelles constructions qui entrent en ligne de compte. «Il y a la ZIS (NDLR : zone d’intervention spéciale imposée par Québec) qui est venue jouer des tours à certains développements.»

Boom immobilier

Le conseiller de Buckingham, Martin Lajeunesse, voit aussi un fort potentiel de développement dans l’Est de Gatineau. «On va avoir un boom immobilier dans le secteur», croit-il.

Ce dernier croit que de plus en plus de gens vont regarder vers ce côté de Gatineau dans l’avenir. «Aylmer commence à être saturé, indique le conseiller. À Buckingham et Masson-Angers, il y a un potentiel d’amélioration important.»

«On a les terrains et on a aussi l’ambiance que les gens recherchent, affirme M. Lajeunesse. Et on a les commerces qui sont prêts à accueillir ces nouveaux résidents.»

À Buckingham aussi il y a plusieurs projets dans les cartons. «Il y a le projet Bowman qui grandit. Et Brigil est prêt à développer les trois premières phases de son projet sur Lépine.» D’autres projets sont aussi en préparation, mais n’ont pas encore été rendu public.

Permis émis par Gatineau 2019

:Aylmer: 1120

Buckingham: 152

Gatineau: 1370

Hull: 799

Masson-Angers: 138

Commentaires

31 janvier 2020

raymond doyon

Plus on développe moins bonne est la qualité de vie!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média