Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

27 juillet 2017

Un CPE qui ne met presque plus rien à la poubelle

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

ENVIRONNEMENT. Le CPE Le Lièvre et la Tortue, situé au 6 chemin du Vol-à-Voile à L’Ange-Gardien, est passé d’une poubelle remplie de déchets par jour à une petite poubelle et même parfois seulement un petit sac de déchets par semaine.

Comment ont-ils fait? Principalement en compostant avec quatre types de composteurs différents que la municipalité leur a apportés dans le cadre d’un projet pilote visant à tester divers équipements de compostage de différents formats pour évaluer leur efficacité. Avant cette initiative, le CPE Le Lièvre et la Tortue compostait déjà ses retailles de fruits et de légumes. Avec l’arrivée des nouveaux composteurs, notamment l’Hexagonal Joracan NE 401, il est maintenant possible de composter tous les restants de table, remarque l’éducatrice de soutien, Isabelle Aubertin, responsable du projet de compost au CPE.

L’endroit qui accueille 106 enfants a même réussi à terminer une semaine avec seulement un petit sac Ziploc de déchets, mentionne fièrement Mme Aubertin. «Il ne reste vraiment pas grand-chose dans les déchets. Il reste, par exemple, les enveloppes de tofu qui ne sont pas recyclables et les enveloppes de viandes vraiment souillées […] Les déchets sont gérés à la cuisine et on va au minimum trois fois par jour au bac de compost porter nos choses», explique celle qui est aidée par la cuisinière du CPE, Jessika Paquette, dans ce projet de gestion des matières résiduelles.

©Photo tirée de Facebook

«À chaque fois que je sors avec mon bac de compost à l’extérieur, les enfants se regroupent autour de moi et me posent énormément de questions.  Qu’est-ce que c’est? Qu’est-ce que tu fais? Est-ce que je peux voir?», indique Mme Aubertin qui se fait un plaisir de les éduquer à ce sujet. «Je pense qu’il faut que ça devienne la norme. Si les enfants nous voient faire du compost tout le temps, ça va devenir la norme pour eux. En étant adultes, c’est ce qu’ils vont reproduire», espère-t-elle. «Déjà les plus vieux chicanent leur éducatrice pour lui dire qu’est-ce qui va au recyclage et au compost.»

Mme Aubertin remarque qu’autant les adultes que les enfants  se questionnent maintenant beaucoup avant de jeter un déchet, à savoir s’il est recyclable ou compostable. «Avant de mettre quelque chose à la poubelle, tout le monde se questionne. On s’imprime des listes de ce qui est recyclable ou compostable», affirme-t-elle en spécifiant qu’il y a toujours place à l’amélioration et que le CPE Le Lièvre et la Tortue continue sans cesse d’essayer de trouver des façons de réduire ses déchets qui vont à la poubelle.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

Depuis la mise en place du projet pilote, le CPE a installé des bacs dans ses salles de bains pour récupérer le papier brun servant à s’essuyer les mains. «On s’en sert pour générer notre carbone dans notre compost», dit-elle en précisant qu’il est essentiel d’avoir une certaine proportion d’azote et de carbone dans le composteur. «Ça balance le tout et ça permet aux matières de se décomposer», dit-elle en précisant que les matières décomposées par le composteur hexagonal aident à faire pousser les aliments se trouvant dans le potager du CPE. «Les enfants adorent s’occuper du potager».

On ne fait pas que du compost. On essaie aussi de limiter notre utilisation de Saran wrap, on emballe dans des tupperwares, nos fournisseurs reprennent leurs boîtes et on recycle énormément. -Isabelle Aubertin

Mme Aubertin mentionne avoir un bon soutien de la municipalité qui leur donne des conseils au niveau du compost. Récemment, des vers s’étaient invités dans le bac de compost et le Directeur de l’Urbanisme et du développement durable, François Rochon, leur avait apporté des granules de bois pour régler le problème. Ce dernier est fier du CPE Le Lièvre et la Tortue pour leur implication dans ce projet pilote. «Les jeunes c’est l’avenir et c’est une bonne chose qu’ils soient sensibilisés aux premiers rudiments du compostage dès le départ. Il y en a certainement, parmi eux, qui vont encourager leurs parents à mettre la main à la pâte», croit-il.  

M. Rochon mentionne que depuis le début de l’année, qu’environ 120 citoyens de L’Ange-Gardien se sont munis d’un bac de compost. Au total, 625 composteurs sont répertoriés sur le territoire de la municipalité et, selon ses prévisions, ce nombre devrait grimper jusqu’à 1500 d’ici cinq ans. «Le compostage, ça va certainement être l’une des plus grandes priorités pour L’Ange-Gardien pour les prochaines années», informe celui qui ajoute que la municipalité a «un plan de match assez solide» à cet effet. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média